Projet

Pourquoi je me porte candidat ?

2017 est la première élection présidentielle où tous les candidats ont parlé de la valeur travail.

Je veux donc continuer mon combat parce que je sens qu’il peut aboutir. Mon expérience du fonctionnement de l’Assemblée nationale me permet d’affirmer que ce n’est pas gagné, que cela ne se fera pas facilement, que la majorité présidentielle, mais très hétérogène, aura très vite ses frondeurs, qu’il est donc préférable qu’une majorité homogène de la droite et du centre, une majorité républicaine, fasse les réformes urgentes et nécessaires au redressement de la France et à la relance de son activité en retrouvant la valeur travail.

Cette valeur travail qu’on a perdue au fil du temps et, notamment, en instaurant les 35 heures.

Cette valeur travail qu’on a perdue parce que ceux qui travaillent gagnent parfois moins que ceux qui ne travaillent pas !

On fait souvent remarquer qu’il n’y a pas assez de chefs d’entreprises à l’Assemblée nationale. Mais c’est extrêmement difficile de gérer les deux. Cela m’a d’ailleurs obligé de laisser mon entreprise à une coopérative pour la sauver et préserver les 140 emplois après un mauvais choix stratégique. Fort heureusement, elle fonctionne toujours très bien, toujours numéro 1 sur le marché national du plant potager pour amateurs. J’en suis très fier. Fier aussi de ceux qui y travaillent, permanents, saisonniers et aussi les salariés du groupement d’employeurs FORVAL que je préside bénévolement.
J’ai créé ce groupement de 110 équivalent temps plein dont 70 CDI. J’ai été deux mandats durant député et chef d’entreprise. Je ne suis pas un professionnel de la politique.

Alors oui ! Je veux continuer à me battre pour qu’on libère tous ceux qui sont à leur compte, qu’on les laisse travailler ! Ce sont eux qui créent la richesse au premier niveau. Cette richesse nécessaire au financement de notre société (école, santé, handicap, familles, administration,...) et de nos solidarités françaises.

J’ai aujourd’hui une vraie expérience du fonctionnement de l’Assemblée nationale. Et je suis sur le terrain, avec Vous !

Partager:
Jean-Charles Taugourdeau